© 2023 by Name of Template. Proudly created with Wix.com

 LES ETAPES DE CREATION D'UNE SCULPTURE EN TERRE

Le travail de modelage requiert de la patience ! Je vous présente ici les différentes étapes de création.

Bien évidement, le travail et le temps passé sur une pièce varie  selon le volume de la sculpture souhaitée, les difficultés techniques , le style etc...

Mais dans tous les cas, les étapes présentées ci-dessous sont communes à toute création.

Comment arriver de ceci                                                                .............à cela ? 

                                                                                             

                                                                               

 

                                                                                     SUIVEZ LE GUIDE

                                                                                       CI DESSOUS  !!

ETAPE 1/  LE DEMARRAGE ET LE "DPS": DIMENSION, POSTURE, SOLIDITE 

A partir d'un pain de terre comme ci dessus, on démarre la pièce.

Soit on prend un modèle (photo, modèle vivant, peinture etc..) pour en faire la copie exacte ou pour avoir une base et interpréter ensuite à sa façon, soit on laisse libre cours à notre imagination et aucun support n'est requis. Il ne faut pas avoir peur de "la page blanche de l'écrivain"  , il faut se lancer  et accepter que durant une bonne partie du travail, ce ne soit pas vraiment beau -:) !!

Pour le démarrage, les trois grandes règles à respecter et que j'enseigne toujours à mes élèves sont: les dimensions, la posture et la solidité , le fameux "DPS" comme je l'appelle :-) .

Les dimensions sont primordiales à respecter si l'on souhaite la copie du modèle et pour débuter l'apprentissage de l'anatomie. La posture de la pièce doit être déterminée très rapidement. Si l'on modifie la posture au bout de deux ou trois séances, la terre, cela risque d’entraîner des difficultés. On dit en effet que "la terre a une mémoire": si la posture est modifiée alors que la terre a commencé à se solidifier un peu, cela va engendrer des fragilités. Ainsi, il pourra y avoir des fissures ou des cassures lors de la cuisson.  Concernant la solidité: il faut s'assurer que le travail débuté tient correctement avant de démarrer l'étape suivante. Il serait en effet assez compliqué de débuter le modelage à proprement parler sur une pièce trop fragile.

                                                                                    

                                                                      

                                                                            

Voici le modèle choisi comme point de départ. J'ai fait le choix d'une réalisation qui n'est pas à cent pour cent dans le respect de l'anatomie, laissant mon style personnel me guider...  Malgré tout, le démarrage a été effectué avec respect des dimensions anatomiques, puis je me suis un peu évadée..

Le démarrage

ETAPE 2: LE TRAVAIL DE MODELAGE.

Quand les dimensions sont respectées ou quand on les a modifiées suivant notre souhait artistique, quand la posture est donnée et que la terre commence à tenir après une première évaporation de l'eau, on passe à la phase de modelage.

On va commencer à donner forme à toutes les parties du corps, en allant toujours du général au détail, et toujours au même rythme partout. Il ne s'agit pas de modeler avec grande précision une seule partie du corps, en laissant tout le reste inachevé. On passe un peu de temps à modeler une partie, puis on se met au même niveau partout. Par ailleurs, durant tout ce travail, il est nécessaire de bien faire tourner la  sellette, afin d'avoir en permanence une vision "3D" de la pièce. La sculpture doit être travaillée de tous cotés avec "sens".. Il faut penser à se détacher régulièrement de son travail en se reculant pour le voir de plus loin et faire des "micro-pauses" de quelques secondes, en regardant ailleurs. Adopter cette technique permet au cerveau de se "reposer" et de voir ensuite des défauts que l'on aurait pas perçus autrement.

Si l'on souhaite un modelage très anatomique, le travail est long , voir très long si l'on modèle des parties très minutieuses (orteil, doigt, visage etc..) . Suivant le résultat souhaité, le travail peut prendre de quelques heures à plusieurs jours, voir plusieurs semaines ...! Entre chaque séance de travail, la pièce doit être "collée" à un plastique humide , afin de préserver au maximum son humidité . Une pièce totalement sèche ne pourra être retravaillée qu' après l'avoir de nouveau beaucoup humidifiée.

Il est parfois nécessaire de s'aider d 'un support pour faire tenir la terre. Ici, la tête a été sculptée séparément puis "collée" ensuite au cou, à l'aide de barbotine ( terre séchée concassée ,mélangée à de l'eau , qui fait officie de "colle à terre"). 

ETAPE 3:  VIDER,  "RECOLLER" ET REPARER

Une fois le modelage terminé......ce n'est pas du tout fini !! La pièce doit etre vidée entierement, sinon elle va éclater à la cuisson. Aucun air ne doit y etre enfermé. Il faut couper la piece en un seul ou plusieurs endroits avec un fil à couper. Puis on enlève la terre à l'interieur avec une "mirette" (petit instrument  avec un bord un peu coupant). Il faut laisser 1cm environ d'épaisseur . L'air doit circuler partout et pouvoir s'échapper par un trou qui est laissé en général en dessous des sculptures. 

Isabelle Quint Atelier
Découpe avec le fil à couper
On vide à l'aide d 'une mirette

Apres avoir vidé, on recolle les morceaux à l'aide de barbotine. Puis on fait des petits traits tout du long , là ou est passé le fil à couper. On applique par dessus des "colombins" (petits bouts de terre fraiche ressemblant à des vers de terre), eux aussi griffonnés et humidifiés. Les "griffures" et l'eau vont permettre une bonne adhérence , cela diminue les risques de fissures ou d'éclatement lors de la cuisson.

Les colombins vont venir recouvrir les "cicatrices"
Application de barbotine qui va recouvrir tout le justaucorps

Une fois recollées, les pièces sont souvent abîmées. Il faut donc réparer et reprendre la partie modelage. Sur la photo ci-dessus à droite, j'ai appliqué , juste avant la phase de séchage, une barbotine de grès blanc sur le justaucorps de la gymnaste. En effet, la terre utilisée étant du grès noir, si je veux pouvoir appliquer une patine claire après la cuisson (ou même un émail) , le travail sera bien plus simple s'il est posé sur une terre claire. La barbotine s'applique au doigt ou avec un pinceau et il faut en mettre plusieurs couches pour que le blanc couvre bien tout le noir.

ETAPE 4: LE SECHAGE

La sculpture va désormais sécher, afin d'évacuer toute l'humidité qui se trouve encore dans la terre. Une pièce qui passe au four sans être assez sèche va éclater lors de la cuisson. Plus la terre sèche longtemps, moins les risques à la cuisson sont importants. Personnellement je laisse sécher AU MINIMUM trois semaines chaque pièce... La phase de séchage peut sembler simple à priori, puisqu'il n' y a plus de travail à fournir..... En réalité, elle requiert dans certains cas un minimum de surveillance et d'attention. En effet, les parties très fines comme des chevilles ou des mains sur un modèle vivant , doivent être entourées d'un plastique. Cela va permettre un séchage plus lent et donc moins de risque de casse lors de cette phase. Il est prudent également de faire sécher sous un plastique la pièce entière, si elle est vraiment très fine partout. Durant le séchage, la sculpture devient de plus en plus fragile et le moindre choc peut engendrer de la casse. Il faut donc être extrêmement prudent et ne la manipuler idéalement que pour la mettre dans le four.

Cet arbre , prêt à être cuit , a été réalisé par une élève. Il a des feuilles extrêmement fines. Pour éviter qu'elles ne cassent lors du séchage, elles ont séché sous un sac plastique qui garde un peu d'humidité. 

ETAPE 5: LA CUISSON

Le four de l'atelier

La cuisson se fait dans un four spéciale céramique/poterie/sculpture qui requiert une installation électrique spécifique. Il existe des fours de plusieurs tailles et de deux formes différentes (enfournement vertical ou frontal).

Suivant les terres , la cuisson se fait à des degrés différents: 

    -Pour les terres faïences, celles qui sont utilisées le plus souvent pour la sculpture, la cuisson se fait à 980 degrés. On appelle cela la cuisson "biscuit".  Il faut compter environ 10 heures pour que le four arrive à 980 degrés. Puis il faut presque 24h avant de pouvoir ouvrir le four car il va mettre enormément de temps à refroidir.

Si l'on souhaite émailler une faïence, il faut poser l'émail après la cuisson biscuit et recuire ensuite à une température plus forte ( en général à 1020 degres minimum, cela dépend des emaux utlilisés).  

  -Il existe également les cuissons à haute température, à 1280 degrés voir plus. Ces cuissons sont utilisées pour le grès qui ne sera étanche et vitrifié que s'il est cuit à 1280 degrés minimum. Le grès est utilisé essentiellement en poterie (objets utilitaires qui doivent être très résistants et/ou étanches à l'eau et au gel). 

ETAPE 6 : LA PATINE

C'est la phase finale !! 

Après la cuisson, la terre a changé de couleur. Les faïences blanches qui étaient devenues un peu grisâtres durant le séchage sont maintenant bien blanches. Les grès roux sont devenus rosés etc..

Soit on laisse la pièce telle qu'elle, soit on la "patine" , c'est- à -dire qu'on lui applique un produit qui va la colorer. Ce produit peut être de la cire, des pigments  mélangés à de l'eau et à de la colle à bois ou à du lait, l’application de talc etc... La patine, c'est de la "bidouille" comme on dit, et chaque sculpteur a ses préférences en la matière !

S'il y a eu de la casse durant la cuisson, on peut souvent recoller à l'aide de colle superglue ou néoprene, ou encore avec du joint pour carrelage. Mais parfois, les patines auront du mal à adhérer aux endroits recollés. Dans ce cas, je  conseille  une patine claire , car les réparations se verront moins qu' avec une patine foncée.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now